Thaddarth-Oufella le village perché sur la colline
e

Présentation de Thaddarth-Oufella

Il a bien raison le poète : « thamurthiw d izurar ghaf idurar ». On a tendance un peu à l’oublier mais le village kabyle demeure l’un des plus beaux bijoux berbères jamais conçu. Les villages sont tellement nombreux qu’il est impossible de mettre un nom sur toutes ces agglomérations, ces hameaux et ces archs.

A l’instar de tous les villages kabyles, Thaddarth Oufella est située en pleine région montagneuse. Elle doit son appellation à sa situation stratégique « le village perché sur la colline ».Thaddarth Oufella est située à environ 15 km au sud-ouest de la ville de Tizi Ouzou, le village est relié à celle ci par la route nationale N° 100 Adila Mohamed.
Le village se trouve à quelques encablures du chef lieu de la commune des Ath Dwala, Larbaa Ath Dwala, en raison du marché qui s’y tient chaque mercredi de la semaine.
Aujourd’hui le village est l’un des plus peuplé de la région, on estime que sa population avoisine les six mille habitants, partagée en plusieurs quartiers (regroupement de maisons) : Thighilt, Ath Ouamar, Imachiyen, Thighargharth, Thazeguerth, Thawit Oufella, Ikhuchathen, Thizemrine, Thissouikine, Agueni Tagua, Ighil Hemmou.
Thaddarth nagh partage ses limites administratives avec plusieurs villages : Ait Bouyahia, Ighil Mimoun, Ait Idir, Ait Ali Ouali, Tighzert, Ait Mesbah.

RELIEF
Région montagneuse par excellence. Le climat est rigoureux en hiver. Parfois l’on enregistre des températures négatives provoquant des chutes de neige. Sec en été surtout quand le vent chaud venu du désert traverse le majestueux Djurdjura. Le printemps ramène sa douceur et habille le relief de son habit verdoyant offrant au visiteur un panorama à en couper le souffle.
HYDROGRAPHIE
Le village n’est traversé par aucun cours d’eau important. Ighezran (rus) cessent de ruisseler en été à cause de la sécheresse et de la pluviométrie peu abondante, par contre, Thaddarth comporte des puits, sources aménagées (Thawit Oufella, Thawit Ikhuchathen, Thala Ighanimen) et autres non aménagées. Actuellement les fontaines du village sont en cours de rénovation.
La fontaine la plus prisée des villageois, demeure Thala Ighanimen et son eau prodigieuse.
ARCHITECTURE
Les villages kabyles perdent de plus en plus de leur originalité d’antan sur le plan architectural. Notre hameau n’échappe à cette constante. Modernité oblige !
Aujourd’hui le village ne ressemble plus à ce qu’il était il y a 50 ans. Cela, vous diriez, est tout à fait normal puisque les choses ont depuis, beaucoup évolué. L’ancien bâti, qui autrefois faisait le charme de Thaddarth de par son caractère rustique et harmonieux, s’il ne tombe pas en ruine, il est démoli par l’homme afin d’ériger de grosses carcasses en béton qui ne sont pas au diapason avec l’habitat rural.
ARTISANAT
Le métier à tisser(Azetta), la poterie sont des métiers menacés d’extinction. L’honneur revient aux femmes qui continuent à perpétuer la tradition, œuvrent pour la sauvegarde de ces nobles métiers, veillent sur la transmission du savoir-faire de la femme kabyle aux générations futures.
La robe kabyle reste la référence pour les fêtes de mariage kabyle. Ce métier est florissant en ce moment chez nous surtout pendant les fêtes en été. Plusieurs boutiques ont vu le jour proposant différents modèles de robes. Thaqendurth leqvayel n’a pas toujours eu la forme qu’elle a aujourd’hui, autrefois, les brodeuses utilisaient moins de motifs de décoration. Ces belles robes en soie sont portées par nos femmes le jour des mariages, accompagnés de bijoux.

Commentaires et suggestions :
Afin d'améliorer notre site pour qu'il réponde au mieux à vos attentes, Merci de prendre quelques instants pour nous en donner votre avis.