[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]
[Alternative text]

UN ARTISTE OUBLIÉ
e

UN ARTISTE OUBLIÉ 'Hocine Mekrout'
Nos villages de Kabylie renferment en leur sein des artistes, des poètes que peu de gens connaissent parce qu’ils sont modestes, simples et fiers de leur art qu’ils pratiquent en amateur, loin des projecteurs.

Parmi eux, rendrons hommage au musicien d’Ath Douala, Hocine Yahiaoui de son Vrai Nom HOCINE MEKROUT.

Dda l’Hocine Nous a accordé quelques instants pour nous parler de lui, de son art, de sa jeunesse et de l’art musical d’hier et d’aujourd’hui.

Avec nostalgie, Il nous raconte sa jeunesse et ses débuts dans la musique.
« A l’age de 15 ans, j’ai fabriqué ma première guitare avec un bidon d’huile moteur et des fils de frein de vélo, cela en 1969. Je grattais et j’apprenais des notes de chansons de l’époque. En 1970, je travaillais dans un café de Larbaa n’Ath Douala où j’ai côtoyé plusieurs artistes chanteurs et musiciens tels Amar Kobi, Matoub Lounes, Chabane Ouali

 


En 1971, j’ai composé ma première chanson « Andats lemhiba ni nagh bwasmi n’ doukoul dhi sin » chanson apprécié par feu Matoub Lounès (paix à son âme).

En 1973, à 19 ans, j’ai chanté dans une soirée à Taddert Oufella (mon village Natal) animé par El marhoum Chabane Ouali, un grand chanteur compositeur n’Ath Douala.

Entre 1973 & 1976, j’ai fréquenté beaucoup de musiciens qui m’ont beaucoup appris (Ouhab Achour, Nedjam Mouloud paix à son âme, Ousmer lounes, Matoub Lounes, Hamid Lakrib paix à son âme…)

Entre 1976 & 1978 j’ai fréquenté les milieux artistiques à Alger où je travaillais à l’époque.

Je suis passé à l’émission « les chanteurs de demain » de la chaîne 2 au studio de la rue Hoche à Alger animée par Farid Ali (paix à son âme) et Kaci Tizi-Ouzou. Mon frère aîné m’a empêché d’enregistrer un 45 tours à l’époque. Malgré ça, j’ai continué à composer et à animer des soirées pour mon plaisir en tant qu’artiste amateur.

En 1982, feu Matoub Lounes m’a proposé d’enregistrer en France et m’a promis de m’aider et de me prendre en charge là-bas mais mon travail me retenait en Algérie.
Plus tard, en 1985, j’ai travaillé avec Chabane Ouali, Hamidi Rabah, EL Hasnaoui Amechtouh, Cheikh Sadek, Si M’hmed, Alileche Mouh, Lakrib Hamid et Tachouche Ramdane, qui sont tous des artistes de la région.

En 1987, je suis passé à l’émission de M'djahed Hamid de la chaîne 2, intitulé « les chanteurs de demain »

Mon répertoire se compose de 35 chansons où j’ai touché tous les domaines de la vie, l’Amour , la mort, l’exil, le mariage, la famille, l’argent…
Je saisis cette occasion pour remercier tous les artistes qui m’ont soutenu pendant toutes ces années et aussi tous ceux qui aiment et demandent mes chansons lors des fêtes.

La voix de Dda l’hocine était pleine de nostalgie de l’époque de sa jeunesse et du souvenir de ses compagnons aujourd’hui disparus.

Entretien réalisé par : Malik OUHAB
Music

themziw

 

ledjwav ntevrat


Rejoint nous sur Facebook
Écrire un commentaires
Afin d'améliorer notre site pour qu'il réponde au mieux à vos attentes, Merci de prendre quelques instants pour nous en donner votre avis.